fbpx

Comment gérer les crises de colère de son enfant quand on est soi-même épuisé, stressé, voire pire déjà en colère ?

Gérer les émotions de son enfant

Il/elle se fâche vite, hurle, tape des pieds, voire se met à jeter des objets, à les casser, à faire la bagarre avec ses frères et sœurs.

Vous êtes beaucoup de mamans à vous poser cette question.

Surtout si la crise à lieu en public.

Comment ne pas se fâcher sur son enfant, et en venir à lui crier dessus, pire lui donner une fessée ?

Habituellement, pour résoudre durablement ce problème, on conseille à la maman de le prendre dans ses bras, de l’écouter, de se mettre à sa hauteur, à genoux ou accroupis.

Aujourd’hui, c’est chose commune. (merci Super Nanny)

Ainsi, on se reconnecte immédiatement à son enfant qui n’a pas les ressources pour revenir à un retour au calme tout seul.

OK d’accord super.

Et si ça ne suffit pas ?

Comme je disais, comment faire quand on est une maman bipolaire/borderline et qu’on est très souvent fatiguée ?

Qu’on a déjà dû mal à gérer ses propres émotions.

Que lorsque son enfant fait des crises, on ne trouve pas soi-même ses ressources pour dialoguer avec lui.

Qu’il/elle s’éloigne de toi quand tu veux le/la calmer, lui faire un câlin et réussir à stopper ses mauvais comportements.

Cela n’a pas été évident tous les jours pour moi.

Finalement, j’ai réussi à mettre en place un jeu avec mes enfants qui me permet de désamorcer une crise en quelques instants quand elle arrive.

Oui ! Je te donne cette solution aujourd’hui.

Parce que toutes les mamans, surtout si la fatigue les submergent (et je suis passée par là), ont le droit de ne plus être angoissées à l’idée de faire des courses, d’aller au parc, ou quand il y a trop de bruit à la maison.

Avoir le jeu de cartes avec les émotions, c’est bien, mais ça ne parle pas à un enfant, si on ne sait pas mettre en place un jeu de rôle.

Les conséquences inattendues du confinement

Depuis le confinement, mon fils de 7 ans avait tendance à vite s’énerver.

A faire beaucoup plus de bêtises pendant la récréation et même pendant la classe.

Il est cette année en CE1 et n’a donc pas eu la chance de vivre un vrai CP.

Par chance, il retrouve la même maîtresse que l’année dernière.

En plus, je la connais très bien, elle avait déjà eu une de mes filles trois ans plus tôt.

Mon mari trouve même que c’est la meilleure enseignante que mes enfants aient eu jusqu’à maintenant.

Ce qu’on ne pouvait pas prévoir, c’est l’énorme coupure scolaire et les conséquences qu’elle a eu sur le comportement de mon fils.

Et je ne suis pas la seule à le constater.

Selon les statistiques, les élèves qui ont le plus souffert de la rupture sociale avec les copains et le monde enseignant sont les élèves de CE1.

J’étais rassurée.

Mais cela ne réglait pas le problème.

Yassine se permettait même de jouer à chat à l’intérieur de la classe, il s’était blessé avec des bouts de verre pendant la récréation, et finalement il trouva amusant de jeter des cailloux sur les fenêtres d’une maîtresse.

Je l’avais prévenu et mis ma menace à exécution : j’ai pris rendez-vous avec sa maîtresse pour mieux comprendre pourquoi il avait changé.

Elle me confirma mes doutes : c’est quasiment tous les garçons de son âge qui se comportaient ainsi.

A cause du confinement, ils avaient oubliés les règles essentielles du vivre ensemble et les règles de l’école tout simplement.

Mais elle était confiante et voyait que les choses revenaient à la normale.

En plus, ma visite avait eu l’effet escompté.

Il avait compris à quel point c’était important qu’il soit sage en classe.

Comme on dit, il s’était remis bien droit dans ses bottes.

Malgré cela les crises à la maison ont continués

Avec mon mari, on a toujours dit à nos enfants qu’on pouvait accepter qu’ils fassent des bêtises à la maison.

Par contre, on attend d’eux un comportement exemplaire à l’école.

Parce qu’ils ont la chance d’avoir accès à une éducation, ce qui n’a pas été le cas pour ses parents ni les miens.

Mais quand j’ai remarqué que Yassine faisait de plus en plus de crises de nerfs à la maison, j’ai cherché un moyen d’y mettre un terme en douceur.

Surtout quand le directeur de l’école m’a appelé en plein après-midi pour me dire qu’il avait encore était dangereux.

Il avait volontairement jeté des cailloux sur un camarade, heureusement sans le toucher.

Il voulait faire comme les copains.

Nous avions déjà constaté son caractère de suiveur.

Il était temps d’agir.

Comme beaucoup de maman, et malgré mon expérience personnelle et professionnelle dans la parentalité, je cherchais l’astuce qui allait désamorcer une crise en quelques instants.

Je n’ai pas trouvé.

La meilleure technique, celle du câlin, ne marchait pas, il me repoussait.

Et il était hors de question que je l’isole dans sa chambre ou de le punir.

C’était déjà une boule de nerfs dans ces moments-là.

Il fallait lui donner la clé des émotions

Tout d’un coup j’ai réalisé que vraiment en CE2 que les élèves font une vraie analyse de chaque émotion primaire.

Bien sûr, ils partent à leur découverte dès la maternelle, mais pas en profondeur.

Ils ne vont pas « au cœur » de ce qu’ils ressentent réellement en fonction des situations.

Pendant une énième crise, j’ai tout d’un coup eu l’idée de faire un jeu de rôle.

Je me suis souvenu du dessin-animé Vice-Versa et je l’ai mixé avec les personnages des Monsieur/Madame.

Tout de suite, il s’est demandé ce qui se passait, pourquoi je lui parlais de Monsieur Colère et de Monsieur très Fâché.

Je lui ai répondu que le Super héros Minidou avait besoin de savoir quel monstre il devait combattre.

J’ai même inventé une chanson pour motiver les personnages.

A ma grande surprise, mon fils a adoré ce jeu, ça lui parlait vraiment.

Un peu plus tard, j’ai cru qu’il refaisait une crise, mais en fait il voulait jouer et refaisait super bien Monsieur Fâché.

Cela fait plusieurs semaines que j’ai maintenant Minidou et tous ses amis dans ma boîte à outils en cas de crise.

Apprendre à gérer ses émotions c’est tout aussi important

Être une maman sereine quand on est bipolaire est un combat quotidien.

Je le redirais souvent je pense.

Tout comme ma mission de vie qui est d’être coach parental pour les mamans bipolaires.

Être parent c’est déjà compliqué, ajouté à cela cette maladie et vous avez l’impression d’être submergé par les responsabilités.

Que l’on soit stable, suivi, qu’on prenne ou pas son traitement, on peut parfois rencontrer une vraie problématique.

Il y a dans ce cas, je pense, 3 chemins possibles :

  • Ne rien faire et espérer que la situation s’arrange par elle-même
  • Chercher comme on peut une solution et tenter de la mettre en place, sans réel garantie de succès, au contraire une perte de temps
  • Comprendre qu’on a besoin d’être accompagné par quelqu’un qui a déjà vécu cela et qui a une solution durable

C’est cela que je propose dans mon accompagnement.

Et par rapport à la bipolarité, j’ai décidé de casser les codes du coaching classique.

Je propose des séances illimités de 15 minutes avec un plan d’actions précis, pendant un an, pour réellement apporter des solutions.

En attendant, tu pourras découvrir régulièrement mes conseils en t’abonnant à ma newsletter gratuite.

A très vite,
Nadia

2 réflexions sur “Comment gérer les crises de colère de mon enfant ?”

  1. Les neurosciences nous apprennent que le cerveau des enfants n’est pas capable de gerer les emotions ni de moduler ses reactions a certaines situations et ses ressentis. C’est pour cela qu’une fois la colere debutee rien ( ni vos raisonnements, ni vos calins), ne peut l’arreter. C’est pour cela que votre enfant est incapable de l’expliquer ni pendant (car elle le domine) ni meme apres, car la colere passee il n’est plus le meme que pendant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscris-toi à ma newsletter gratuite 😀

⇒ Améliore ta santé durablement et simplement.

Voici ce que tu vas découvrir dans les prochains emails :

  • reprendre le dessus sur ta prise de poids
  • 3 astuces pour rapidement stabiliser ton humeur
  • comment retrouver rapidement de l’énergie
  • définitivement en finir avec la « colère froide »
  • réussir à être une Super Maman malgré la maladie

17 sources de prospection pour faire
exploser votre MLM

⇒ Formation Gratuite (Pour Expert Et Débutant)

  • Vous allez pouvoir ajouter 10 à 15 prospects par jour sans soûler votre entourage
     
  • Découvrez une méthode de prospection automatisée
     
  • Par la suite, je vous montrerai comment être payé pour prospecter
     
  • Ajouter 2 à 4 filleuls par mois dans votre équipe